Pratique bio

En désaccord avec ce que le marché me demandait dans les années antérieures.
Des fruits, plus gros, plus brillants, des légumes plus verts, et des prix toujours au plus bas pour satisfaire mes clients. Le choix du bio fût vite décidé. Aujourd’hui, l’ensemble de ma production est cultivé en agriculture biologique. Ce mode de production agricole se base sur un principe fondamental.
80% de la vie présente sur terre se trouve dans les 30 premiers centimètres du sol.
Mon devoir est donc de développer cette réserve, en favorisant l’activité microbienne et surtout en m’interdisant tous produits, comme les engrais, et les pesticides qui détruiraient en un seul passage tout le travail que je mets en place depuis 5 ans.

Différentes pratiques visent à protéger et favoriser cette vie

Épandre du fumier composté

.Compostage des matières organiques, qui consiste en un processus de transformation de nos fumiers équins ou bovins, récupérés après analyse de ceux-ci.

L’intérêt d’utiliser ces composts :

  • Produit riche en humus, élément nécessaire à la vie au sol
  • Amélioration de la structure des sols (la matière organique se lie avec les argiles et les stabilise)
  • Augmentation de la capacité de rétention d’eau et des éléments nutritifs du sol

 

La culture des engrais verts

  • Permet de maîtriser par son couvert végétal le développement des mauvaises herbes
  • Limite l’érosion
  • Grace au système racinaire améliore la structure du sol.

La rotation des cultures

La rotation consiste à faire succéder des cultures de familles différentes sur une même parcelle. Son avantage est donc de ne pas épuiser le sol par les mêmes demandes d’une espèce de légumes.
Alterner les légumineuses, rosacées, cucurbitacées, solanacées, etc…

En 2015

Les planches permanentes

Autrement dit ne plus labourer en profondeur les sols. Eviter la compaction sur les planches de culture. Ne pas utiliser d’outils rotatifs type Rotovator ou autres qui viennent dénaturaliser la structure si l’on exagère leur utilisation. De simples outils a dents et des passages réalisés à temps en fonction de l’humidité du sol permettent une amélioration progressive de la terre.

Des moyens de lutte naturels

  • Contre les ennemis de nos cultures (insectes et maladies).
  • Lutte biologique – lâchers d’insectes prédateurs (ex : authocoris sur poire contre psylles).
  • Confusions sexuelles – bâtonnets ficelés sur arbres fruitiers émanent une hormone qui désorganise la reproduction de certaines mouches et papillons.
  • Pulvérisation d’extraits fermentés d’orties, de prêle, de consoude et de fougère.
  • Utilisation de filets a maille fine pour former une barrière physique à certains insectes.

Entretenir la biodiversité

Toutes ces pratiques sont pour nous un surcroit de travail, nous sommes parfois et malheureusement dépassés par la nature mais nous devons accepter de ne pas tout réussir.
Nous devons aussi contempler cette nature d’un autre œil, la laisser agir, et de ce fait accepter que tout n’est pas droit, rectiligne et lisse.
Un buisson et un taillis doivent être conservés car ils protègent une faune …….. innombrable.